Harry Cohen Tanugi

Une nouvelle étude révèle que les voyages spatiaux nuisent à la densité osseuse des astronautes.

Flotter dans l'espace peut sembler amusant, mais cela entraîne en fait une perte significative de la densité osseuse, qui n'est pas récupérée même un an après le retour sur Terre, selon une nouvelle étude par l'Université de Calgary.

Perte osseuse dans l'espace

"La perte osseuse se produit chez les humains - en vieillissant, en se blessant, ou dans n'importe quel scénario où nous ne pouvons pas bouger le corps, nous perdons de l'os", a déclaré le Dr Leigh Gabel, professeur adjoint en kinésiologie, et auteur principal de l'étude.

"Comprendre ce qui arrive aux astronautes et comment ils se rétablissent est incroyablement rare. Cela nous permet d'examiner les processus qui se produisent dans le corps dans un laps de temps aussi court. Il nous faudrait suivre quelqu'un pendant des décennies sur Terre pour constater la même quantité de perte osseuse."

Gabel et son équipe se sont rendus au Johnson Space Center de Houston, au Texas, pour mesurer les poignets et les chevilles des astronautes avant leur départ pour l'espace, à leur retour sur Terre, puis six et douze mois après leur retour.

"Nous avons constaté que les os porteurs de poids n'ont que partiellement récupéré chez la plupart des astronautes un an après le vol spatial", a déclaré Gabel. "Cela suggère que la perte osseuse permanente due aux vols spatiaux est à peu près équivalente à une décennie de perte osseuse liée à l'âge sur Terre".

Cette perte est due au fait que les os qui devraient normalement porter du poids sur Terre n'ont pas à le faire dans l'environnement de microgravité de l'espace.

"Nous avons vu des astronautes qui avaient du mal à marcher en raison de leur faiblesse et de leur manque d'équilibre à leur retour de vol spatial, et d'autres qui ont joyeusement enfourché leur vélo sur le campus du Centre spatial Johnson pour nous rencontrer dans le cadre d'une visite d'étude. Il existe une grande variété de réactions chez les astronautes lorsqu'ils reviennent sur Terre", a déclaré le Dr Steven Boyd, directeur du McCaig Institute for Bone and Joint Health, professeur à la Cumming School of Medicine et responsable de la nouvelle étude.

Le témoignage d'un astronaute

L'ancien chancelier de l'université de Calgary et astronaute, le Dr Robert Thirsk, a témoigné de l'expérience de ce phénomène à son retour de l'espace.

"Tout comme le corps doit s'adapter aux vols spatiaux au début d'une mission, il doit également se réadapter au champ de gravité de la Terre à la fin", a déclaré M. Thirsk. "La fatigue, les étourdissements et le déséquilibre ont été des défis immédiats pour moi à mon retour. Les os et les muscles sont les plus longs à récupérer après un vol spatial."

L'étude note également que les astronautes qui ont effectué des missions plus courtes (moins de six mois) ont mieux réussi à récupérer leur densité osseuse après leur retour. Alors que nous nous préparons à nous aventurer sur des missions sur Mars et au-delà, il est essentiel que nous examinions l'impact de ce type de voyage sur notre corps.

En plus d'étudier comment nous réagirons à des atmosphères étrangères, nous devons également considérer comment l'apesanteur va affectera nos corps à court et à long terme afin d'éviter toute séquelle importante.

L'étude est publiée dans le journal Rapports scientifiques.

Résumé :
Déterminer l'étendue de la récupération osseuse après un vol spatial prolongé est important pour comprendre les risques pour la santé du squelette à long terme des astronautes. Nous avons examiné la force, la densité et la microarchitecture osseuses chez dix-sept astronautes (14 hommes ; moyenne de 47 ans) en utilisant la tomographie quantitative périphérique à haute résolution (HR-pQCT ; 61 μm). Nous avons réalisé des images du tibia et du radius avant le vol spatial, au retour sur Terre et après 6 et 12 mois de récupération, et évalué les biomarqueurs du renouvellement osseux et de l'exercice. Douze mois après le vol, la force osseuse médiane du tibia du groupe (F.Load), la densité minérale osseuse (DMO) totale, corticale et trabéculaire, la fraction volumique et l'épaisseur de l'os trabéculaire restaient réduites de - 0,9 % à - 2,1 % par rapport à avant le vol (p ≤ 0,001). Les astronautes effectuant des missions plus longues (> ; 6 mois) présentaient une moins bonne récupération osseuse. Par exemple, le F.Load s'est rétabli 12 mois après le vol chez les astronautes ayant participé à des missions plus courtes (< ; 6 mois ; déficit médian de - 0,4 %) mais pas plus longues (- 3,9 %). Des disparités similaires ont été observées pour la DMO totale, trabéculaire et corticale. Au total, neuf des 17 astronautes n'ont pas complètement récupéré la DMO totale du tibia après 12 mois. Les astronautes dont la récupération était incomplète présentaient des biomarqueurs de renouvellement osseux plus élevés que les astronautes dont l'os s'était rétabli. Les résultats de l'étude suggèrent une récupération incomplète de la force, de la densité et de la microarchitecture trabéculaire des os du tibia, ce qui correspond à une décennie ou plus de perte osseuse terrestre liée à l'âge.



[SOURCE]

menu