Harry Cohen Tanugi

La NASA donne le feu vert à une tentative de lancement historique du SLS demain.

La troisième fois est la bonne pour Artemis I ?

Au cours de la téléconférence, Jeremy Parsons, directeur adjoint du programme Exploration Ground Systems de la NASA, a ajouté que "la recommandation unanime de l'équipe était que nous étions en bonne position pour aller de l'avant et procéder au compte à rebours du lancement".

Cela signifie que la NASA effectuera les vérifications préalables au vol et le processus de ravitaillement cryogénique aujourd'hui, 15 novembre, en vue de la troisième tentative de lancement d'Artemis I demain, 16 novembre. La NASA a souligné sur son site web que la fenêtre de lancement de deux heures pour la tentative de demain commence à 1h04 EST (0604 GMT). Le lancement sera diffusé sur la chaîne YouTube de la NASA, que l'on peut voir dans la vidéo intégrée ci-dessous. Nous assurerons également une couverture textuelle en direct ici sur IE.

Le lancement d'Artemis I a été interrompu deux fois sur le pas de tir et retardé. à cause d'un ouragan en septembre. La semaine dernière, la NASA a également retardé de deux jours la dernière tentative de lancement, faisant craindre que l'aggravation des conditions météorologiques n'entraîne un autre retard prolongé.

La NASA évalue la navigabilité d'Artemis I

L'un des principaux sujets abordés par les responsables de la mission de la NASA a été les dommages causés par la tempête tropicale Nicole aux calfeutrements isolants. sur la capsule Orion.

La bande endommagée était destinée à lisser une partie de l'extérieur de la capsule Orion. Elle a été endommagée par les vents violents provoqués par l'ouragan Nicole, qui a été rapidement rétrogradé au rang de tempête tropicale peu après avoir touché terre la semaine dernière.

Ces vents violents ont enlevé une section de 3 mètres du calfeutrage isolant, mais les responsables de la NASA ont tout de même décidé de donner le feu vert au lancement. "Nous avons examiné l'ensemble de la pile de véhicules, depuis le vaisseau Orion jusqu'à la base de la pile, et nous avons convenu que le risque était limité par les dangers actuels et les rapports de dangerosité dont nous disposons", a expliqué M. Sarafin, ajoutant que l'agence spatiale continuera à surveiller les paramètres de sécurité jusqu'au lancement.

[SOURCE]

menu