Harry Cohen Tanugi

La NASA vient de tester un bouclier thermique gonflable pour l'exploration planétaire en orbite.

Cette mission a marqué le dernier décollage d'Atlas V depuis la base spatiale de Vandenberg en Californie, alors qu'ULA se prépare à lancer pour la première fois sa fusée Vulcan de nouvelle génération. La fusée a décollé à 1 h 49 PST.

LOFTID, l'OVNI de la NASA, vole vers l'orbite.

Essai en vol d'un décélérateur gonflable en orbite basse de la NASA (LOFTID) technologie des boucliers thermiques gonflables permettra aux futures missions planétaires vers Mars, et éventuellement vers d'autres régions de notre système solaire, de transporter un bouclier thermique compact et pliable dans un compartiment de charge utile qui pourra être déplié avant que la mission ne pénètre dans l'atmosphère de sa planète de destination.

Lors de la retransmission en direct de l'événement par la NASA, visible ci-dessous, un responsable de la NASA a expliqué que la technologie utilisée sur LOFTID aura également des avantages ici sur Terre. En effet, les chercheurs ont utilisé le même matériau de protection contre la chaleur pour construire une station spatiale internationale. prototype d'abri thermique pour aider à lutter contre les feux de forêt.

L'agence spatiale américaine a fourni une mise à jour environ une heure après le lancement, confirmant qu'elle avait déployé avec succès LOFTID en orbite à une altitude d'environ 78 miles (125 km). Cela signifie que le bouclier thermique a commencé sa descente vers la rentrée dans l'atmosphère terrestre.

Environ une demi-heure plus tard, la NASA a capturé des images en direct de LOFTID en train de s'écraser dans l'océan près d'Hawaï. Le bouclier thermique sera soulevé hors de l'eau par un bateau et rejoindra ensuite la terre ferme. Un enregistreur de données à bord de LOFTID a également été largué peu avant l'amerrissage et sera récupéré.

Sur son site webla NASA indique que LOFTID a été construit pour résister à des températures de rentrée dans l'atmosphère supérieures à 1600°C (2900°F). L'agence spatiale explique qu'il a été "construit avec trois couches : une couche extérieure en tissu de fibres céramiques pour maintenir l'intégrité de la surface, une couche intermédiaire d'isolants pour empêcher la transmission de chaleur, et une couche intérieure qui empêche les gaz chauds d'atteindre la structure gonflable. Le système de protection thermique flexible est également pliable, empaquetable, déployable et adaptable."



[SOURCE]

menu