Harry Cohen Tanugi

Meta, les employés de Twitter et les aigles semblent tous être dans le même bateau.

"Les améliorations technologiques et stratégiques en termes d'utilisation de drones rendent ce projet utilisant des rapaces trop aléatoire, voire dangereux pour l'intégrité physique des aigles", a déclaré la police cantonale genevoise au journal suisse Le Matin Dimanche.

La décision d'abandonner le projet a déçu l'Association Falco de Genève, l'organisation de fauconnerie qui avait entraîné deux aigles nommés Altar et Draco pour cette aventure.

"Cela représente environ 100 000 francs (101 539 $ US) d'investissement et des centaines d'heures de travail", a déclaré Umberto Nassisi, le responsable de l'association.

L'objectif du projet de cinq ans, qui a débuté en 2017, était d'apprendre aux rapaces à attraper les drones en l'air sans les laisser s'écraser au sol.

Le Matin Dimanche a rapporté que la police genevoise se concentrera désormais sur des tactiques anti-drones similaires à celles utilisées par le canton voisin de Vaud, une région montagneuse de l'ouest de la Suisse, qui comprenaient le brouillage des signaux, des dispositifs de détection et l'utilisation de canons à filet.

Les licenciements hantent l'industrie technologique, pas seulement les aigles

De nombreuses entreprises technologiques bien connues, y compris Twitteront récemment annoncé des licenciements. Et bientôt, Meta, la société mère de Facebook, rejoindra le train en marche, selon Le Washington Post (WP) source anonyme.

Après des mois d'avertissements de la part des dirigeants, Meta est prêt à procéder à des licenciements importants, selon la source.

[SOURCE]

menu