Harry Cohen Tanugi

Selon une étude de l'université de Leeds, la variation des niveaux d'oxygène pourrait accélérer l'évolution.

"La Terre primitive, pendant les deux premiers milliards d'années de son existence, était anoxique, dépourvue d'oxygène atmosphérique. Puis les niveaux d'oxygène ont commencé à augmenter, ce que l'on appelle le Grand événement d'oxydation", a déclaré le Dr Alex Krause, un modélisateur biogéochimique qui a obtenu son doctorat à l'école de la Terre et de l'environnement de Leeds et qui était le scientifique principal du projet.

"Jusqu'à présent, les scientifiques pensaient qu'après le Grand événement d'oxydation, les niveaux d'oxygène étaient soit faibles, puis remontaient juste avant que les premiers animaux n'évoluent, soit que les niveaux d'oxygène étaient élevés pendant plusieurs millions d'années avant l'apparition des animaux", a-t-il ajouté.

"Mais notre étude montre que les niveaux d'oxygène étaient beaucoup plus dynamiques. Il y avait une oscillation entre les niveaux élevés et bas d'oxygène pendant une longue période avant l'apparition des premières formes de vie animale.Nous observons des périodes où le milieu océanique, où vivaient les premiers animaux, aurait eu de l'oxygène en abondance - puis des périodes où il n'en avait pas."

"Élargissement de ce que l'on appelle les espaces habitables"

"Ce changement périodique des conditions environnementales aurait produit des pressions évolutives où certaines formes de vie auraient pu s'éteindre et de nouvelles émerger", a déclaré le Dr Benjamin Mills, qui dirige le groupe de modélisation de l'évolution de la Terre à Leeds et a supervisé le projet.

Mills a également ajouté que les périodes d'oxygénation ont élargi ce que l'on appelle les "espaces habitables", c'est-à-dire les parties de l'océan où les niveaux d'oxygène auraient été suffisamment élevés pour soutenir les premières formes de vie animale.

"Lorsque les niveaux d'oxygène diminuent, certains organismes subissent une forte pression environnementale qui peut entraîner des extinctions.Et lorsque les eaux riches en oxygène s'étendent, le nouvel espace permet aux survivants de s'élever au rang de dominants écologiques.Ces espaces habitables élargis auraient duré des millions d'années, laissant largement le temps aux écosystèmes de se développer."

[SOURCE]

menu