Harry Cohen Tanugi

Les autorités fédérales enquêtent sur l'accord de 44 milliards de dollars conclu par Musk avec Twitter.

Ce qui rend les choses encore plus étranges, c'est que, bien que le dossier indique qu'il fait l'objet d'une enquête, il ne précise pas sur quoi elle porte.

Ce jeu consistant à "cacher la balle" doit prendre fin", a déclaré la société dans le dossier judiciaire.

Twitter a déjà intenté un procès à Musk en juillet pour le forcer à conclure l'opération d'acquisition qu'il avait précédemment acceptée avec tant d'empressement. La société avait également révélé à l'époque que les avocats du PDG de Tesla avaient invoqué le "privilège d'investigation" pour refuser de remettre les documents que la plateforme de médias sociaux souhaitait obtenir.

En outre, l'entreprise avait demandé aux avocats de Musk de produire leurs communications avec les autorités fédérales il y a plusieurs mois. Les avocats n'ont pas obtempéré.

Fin septembre 2022, les avocats de Musk ont toutefois produit un "registre des privilèges" qui identifiait les documents à ne pas divulguer, notamment les brouillons d'un courriel du 13 mai adressé à la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis et une présentation de diapositives à la Federal Trade Commission.

La SEC a, par le passé, interrogé et enquêté sur les commentaires de Musk concernant l'acquisition de Twitter, à la fois en avril et en juin 2022.

Une fausse piste ?

Alex Spiro, un avocat de Musk, a déclaré à Reuters que le dépôt actuel de Twitter au tribunal est une "fausse piste".

"Ce sont les dirigeants de Twitter qui font l'objet d'une enquête fédérale", a-t-il ajouté.

Le dépôt de plainte intervient après une épreuve de plusieurs mois au cours de laquelle le milliardaire a proposé un rachat, s'est rétracté et puis être poursuivi en justice par Twitter pour forcer l'achat.

[SOURCE]

menu