Harry Cohen Tanugi

Un expert révèle les dernières avancées de la recherche

Il n'y a pas eu de nouvelle forme de contraception masculine depuis l'introduction de la "vasectomie sans scalpel" dans les années 1980. Moi, ainsi que mon équipedéveloppons des méthodes de contraception masculine depuis les années 1970. Je pense que de nouvelles options de contraception sûres, réversibles et abordables peuvent aider les hommes à participer et à partager les responsabilités en matière de contraception avec leurs partenaires, et réduire le taux de grossesses non désirées.

Prendre en charge la planification familiale

A Enquête 2017 auprès de 1 500 hommes âgés de 18 à 44 ans a révélé que plus de 80 % d'entre eux souhaitaient empêcher leur partenaire de tomber enceinte et estimaient avoir une responsabilité partagée ou unique en matière de contrôle des naissances.

Les hommes qui ne sont pas satisfaits du préservatif sont plus susceptibles d'utiliser le retrait comme forme de contrôle des naissances ou de ne jamais utiliser de contraception. Cependant, parmi ceux qui ne sont pas satisfaits du préservatif, 87 % sont intéressés par de nouvelles méthodes de contraception masculine. Cela se traduit par une estimation de 17 millions d'hommes aux États-Unis. qui recherchent de nouvelles méthodes de contraception pour éviter les grossesses non désirées.

De même, une enquête menée en 2002 auprès de plus de 9 000 hommes dans neuf pays sur quatre continents a révélé que plus de 55% seraient prêts à utiliser une nouvelle méthode de contraception masculine. Fait important, une enquête réalisée en 2000 sur trois continents a révélé que 98% des femmes feraient confiance à leur partenaire pour utiliser une méthode de contraception masculine.

Obstacles à la contraception masculine

L'intérêt marqué pour un nouveau contraceptif masculin soulève la question de savoir pourquoi il n'y a pas eu de nouvelles méthodes de contraception masculine depuis les années 80.

Le développement de la contraception masculine a été principalement soutenu par des organisations gouvernementales et non gouvernementales, dont la l'Organisation mondiale de la santé en collaboration avec des centres médicaux universitaires. Cependant, ces agences ne disposent souvent pas d'une infrastructure de développement de médicaments comparable à celle des entreprises pharmaceutiques, les programmes étant généralement gérés par une poignée de personnes assistées par des organismes de recherche clinique. Les ressources financières limitées ralentissent encore le développement.

Manque d'intérêt des sociétés pharmaceutiques peut également jouer un rôle dans la dissuasion du développement de la contraception masculine, et il existe un certain nombre de raisons possibles pour lesquelles l'industrie pharmaceutique se détourne de la contraception masculine. L'une d'entre elles consiste à mettre en balance le coût du développement et les incertitudes quant au marché potentiel. Parmi les autres raisons, on peut citer les incertitudes quant à l'identité des distributeurs de ces médicaments et le manque de clarté de l'information sur le marché. exigences réglementaires pour que les méthodes contraceptives masculines soient approuvées par la FDA. Les entreprises peuvent également être préoccupées par la responsabilité en cas de grossesse.

[SOURCE]

menu