Harry Cohen Tanugi

Une technique financée par la NASA permet aux médecins d'enlever les calculs rénaux sans anesthésie

Par rapport à procédures conventionnelles actuellement utilisées pour les ablations de reins qui sont très douloureuses et nécessitent une sédation, cette technologie ne fait pas mal, a déclaré l'auteur principal, le Dr M. Kennedy Hall, médecin urgentiste à l'UW Medicine. "C'est presque indolore, et vous pouvez le faire pendant que le patient est éveillé, sans sédation, ce qui est essentiel", a-t-il ajouté.

Ce développement pourrait maintenant signifier que l'ablation de reins seront effectuées dans une clinique ou une salle d'urgence, a déclaré Hall.

Des recherches récentes menées par l'UW Medicine indiquent qu'un Américain sur 11 aura un calcul urinaire au cours de sa vie et que ce nombre est en constante augmentation. En outre, jusqu'à 50 % des patients ayant un calcul urinaire récidiveront dans les cinq ans, indique la recherche.

C'est pourquoi Hall et ses collègues pensent qu'il est crucial de trouver des moyens de traiter les calculs rénaux qui soient sûrs, efficaces et indolores. L'équipe a évalué leur nouvelle technique pour voir si elle pouvait répondre au besoin d'un moyen de traiter les calculs sans chirurgie et sans sédation.

Une technique financée par la NASA permet aux médecins d'enlever les calculs rénaux sans anesthésie

Les calculs rénaux touchent un Américain sur 11.

Vingt-neuf patients ont participé à l'étude de Hall. Seize ont été traités avec la propulsion seule tandis que 13 ont reçu la propulsion et la lithotripsie par ondes de choc. Chez 19 patients, les calculs se sont déplacés et dans deux cas, ils se sont même redirigés hors de l'uretère et dans la vessie.

Pendant ce temps, la lithotripsie par ondes de choc a fragmenté les calculs dans sept des cas. "Après deux semaines de suivi, 18 des 21 patients (86 %) dont les calculs étaient situés plus bas dans l'uretère, plus près de la vessie, avaient éliminé leurs calculs. Dans ce groupe, le délai moyen d'évacuation des calculs était d'environ quatre jours", notent les chercheurs dans leur communiqué.

[SOURCE]

menu