Harry Cohen Tanugi

Micron va construire une usine de puces de 100 milliards de dollars à New York

La pénurie de puces s'est manifestée pour la première fois en 2020, lorsque de nombreuses usines de fabrication de puces, appelées fonderies, ont fermé à cause du virus COVID-19. Dans le même temps, le virus modifiait les habitudes des populations du monde entier.

Les personnes bloquées chez elles ont investi massivement dans de nouveaux ordinateurs pour elles-mêmes ou pour leurs enfants qui apprenaient à la maison. Dans l'impossibilité de sortir au cinéma ou au restaurant, de nombreuses personnes ont opté pour l'achat de nouveaux téléviseurs ou de consoles de jeux, et le fait de travailler et d'apprendre à la maison a entraîné le besoin de rester connecté. Cela a conduit à une augmentation des ventes de téléphones, en particulier les nouveaux téléphones compatibles 5G, et avec ce développement a fait surface une pénurie inquiétante de puces.

Les usines pourraient simplement pas produire des puces assez rapidement pour la demande.

Samsung, le deuxième plus grand producteur de puces du monde, a déclaré à la BBC en août 2021 qu'elle pourrait devoir sauter le lancement de son prochain smartphone Galaxy Note. Koh Dong-jin, chef du secteur mobile et co-PDG de Samsung, avait alors déclaré lors d'une réunion d'actionnaires qu'"il existe un grave déséquilibre entre l'offre et la demande de puces dans le secteur informatique au niveau mondial."

Résoudre le problème de la pénurie mondiale de puces électroniques

Micron peut-il remédier à cette situation ? Il peut certainement essayer.

La firme a annoncé une première phase d'investissement de 20 milliards de dollars prévue d'ici la fin de cette décennie. Cette nouvelle intervient alors que le président américain Joe Biden a signé en août 2022 la loi CHIPS and Science Act, qui prévoit 52,7 milliards de dollars de subventions pour la production de semi-conducteurs et la recherche aux États-Unis afin de renforcer la compétitivité par rapport à la Chine.

[SOURCE]

menu