Harry Cohen Tanugi

L'évolution rapide des grenouilles de Tchernobyl montre comment les animaux s'adaptent pour vivre avec les radiations

Pendant ces trois années, nous avons analysé la coloration de la peau dorsale de plus de 200 grenouilles mâles capturées dans 12 étangs de reproduction différents. Ces localités étaient réparties le long d'un large gradient de contamination radioactive. Elles comprenaient certaines des zones les plus radioactives de la planète, mais aussi quatre sites situés en dehors de la zone d'exclusion de Tchernobyl et dont les niveaux de rayonnement de fond ont servi de témoins.

Notre travail révèle que les rainettes de Tchernobyl ont une coloration beaucoup plus foncée que les grenouilles capturées dans des zones témoins en dehors de la zone. Comme nous l'avons découvert en 2016, certaines sont d'un noir absolu. Cette coloration n'est pas liée aux niveaux de radiation que les grenouilles subissent aujourd'hui et que nous pouvons mesurer chez tous les individus. La coloration sombre est typique des grenouilles provenant de l'intérieur ou de la proximité des zones les plus contaminées au moment de l'accident.

Réponses évolutives à Tchernobyl

Les résultats de notre étude suggèrent que les grenouilles de Tchernobyl pourraient avoir subi un processus d'évolution rapide en réponse aux radiations. Dans ce scénario, les grenouilles ayant une coloration plus foncée au moment de l'accident, qui représentent normalement une minorité dans leurs populations, auraient été favorisées par l'action protectrice de la mélanine.

Les grenouilles foncées auraient mieux survécu aux radiations et se seraient reproduites avec plus de succès. Plus de dix générations de grenouilles se sont succédées depuis l'accident et un processus classique, bien que très rapide, de sélection naturelle peut expliquer pourquoi ces grenouilles foncées constituent aujourd'hui le type dominant de l'espèce dans la zone d'exclusion de Tchernobyl.

[SOURCE]

menu