Harry Cohen Tanugi

Des chercheurs démontrent que le titane ultra résistant est imprimé en 3D

L'un des principaux avantages de cette recherche est que les travaux ont été entrepris sur des alliages disponibles dans le commerce et peuvent être utilisés immédiatement. Il s'agit d'un résultat positif de grande envergure.

"Les alliages de titane nécessitent un moulage et un traitement thermochimique complexes pour atteindre les résistances élevées requises pour certaines applications critiques", a déclaré le Dr Huang dans un communiqué. "Nous avons découvert que la fabrication additive peut exploiter son processus de fabrication unique pour créer des pièces ultra-résistantes et thermiquement stables en alliages de titane commerciaux, qui peuvent être directement mises en œuvre en service."

Le professeur Huang a développé cette affirmation. "Après un simple traitement post-chauffage sur un alliage de titane commercial, on obtient un allongement adéquat, et des résistances à la traction supérieures à 1 600 MPa, soit la résistance spécifique la plus élevée parmi tous les métaux imprimés en 3D à ce jour. Ce travail ouvre la voie à la fabrication de matériaux structurels dotés de microstructures uniques et d'excellentes propriétés pour de larges applications."

Au cours des dix dernières années, l'impression 3D a conduit à une nouvelle ère dans la fabrication de métaux en raison de sa liberté de conception. En d'autres termes, elle permet de fabriquer à peu près n'importe quelle pièce géométrique. Actuellement, les alliages de titane sont le principal métal imprimé en 3D utilisé pour les composants de l'industrie aérospatiale. Malheureusement, la plupart des alliages de titane disponibles dans le commerce et créés par impression 3D n'ont pas les propriétés requises pour les applications structurelles. Cela est particulièrement vrai pour la résistance à la traction à température ambiante et à des températures élevées dans des environnements de service difficiles.

Les principales propriétés de l'alliage de titane sont attribuées à la formation inhabituelle de nanoprécipités denses, stables et à jumelage interne, qui sont rarement observés dans les alliages de titane traités de manière traditionnelle. La technique utilisée ici est la fabrication additive (AM).

[SOURCE]

menu