Harry Cohen Tanugi

Blue Origin de Jeff Bezos en passe de certifier son moteur BE-4

Blue Origin a déclaré en 2014 que le moteur BE-4 serait prêt à lancer la fusée Vulcan de l'United Launch Alliance (ULA) d'ici 2017. ULA est une coentreprise entre Boeing et Lockheed Martin, qui sont tous deux de grands contractants du Pentagone. Cependant, pas plus tard qu'en juin, le Government Accountability Office a cité "des défis techniques persistants dans le développement d'un moteur de fusée produit aux États-Unis."

ULA a jusqu'à présent utilisé le moteur RD-180 de fabrication russe pour lancer sa fusée lourde Atlas V environ 80 fois depuis 2000. La dernière déclaration de l'U.S. Space Force incite donc à l'optimisme, car le moteur BE-4 de Blue Origin semble devoir mettre fin à cette dépendance.

Le décor a été planté pour le BE-4 en 2014, lorsque le Congrès a exigé un remplacement des moteurs russes après l'annexion de la Crimée par la Russie en 2014. L'invasion de l'Ukraine par la Russie en février de cette année a accru l'urgence de cette demande.

La dernière mise à jour de la force spatiale américaine sert également de bonne nouvelle pour Blue Origin quelques jours après l'une de ses missions... a été forcée d'avorter après son lancement le 12 septembre. Cette mission avait été lancée sur sa fusée suborbitale New Shepard, qui n'est pas équipée d'un moteur BE-4.

Le Vulcain en passe d'être certifié pour le vol

Dans sa déclaration, ULA a indiqué que le programme Vulcain "se concentre désormais sur l'achèvement des essais de qualification du BE-4 et sur la livraison des moteurs de vol. [Its] Les autres éléments progressent dans les tests de qualification finale pour soutenir la capacité de lancement initiale.

[SOURCE]

menu