Harry Cohen Tanugi

Les astronomes viennent de découvrir deux nouvelles planètes super-terrestres.

"TESS recherche des exoplanètes en utilisant la méthode des transits, en surveillant la luminosité de milliers d'étoiles simultanément, à la recherche de légères atténuations qui pourraient être causées par des planètes passant devant leurs étoiles", explique Laetitia Delrez, chercheuse postdoctorale à l'Université de Liège, et auteur principal de l'article.

"Cependant, un suivi avec des télescopes terrestres est souvent nécessaire pour confirmer la nature planétaire des candidats détectés et pour affiner les mesures de leurs tailles et propriétés orbitales", ajoute Delrez.

Les télescopes du projet SPECULOOS, installés à l'Observatoire Paranal de l'ESO au Chili et sur l'île de Tenerife, sont optimisés pour observer les étoiles très froides, comme LP 890-9. Ces types d'étoiles émettent la plupart de leur lumière dans le proche infrarouge - pour lequel TESS a une sensibilité plutôt limitée.

"Le but de SPECULOOS est de rechercher des planètes terrestres potentiellement habitables transitant par certaines des étoiles les plus petites et les plus froides du voisinage solaire, comme le système planétaire TRAPPIST-1, que nous avons découvert en 201", rappelle Michaël Gillon de l'Université de Liège, et chercheur principal du projet SPECULOOS.

Les astronomes viennent de découvrir deux nouvelles planètes

Une vue d'artiste des nouvelles planètes.

"

"Cette stratégie est motivée par le fait que ces planètes se prêtent particulièrement bien à l'étude détaillée de leur atmosphère et à la recherche d'éventuelles traces chimiques de vie à l'aide de grands observatoires, tels que le télescope spatial James Webb (JWST)", révèle Gillon.

Les nouvelles observations ont non seulement confirmé l'existence d'une planète super-terrestre, mais elles en ont également détecté une deuxième. Cette deuxième planète, LP 890-9c (rebaptisée SPECULOOS-2c par les chercheurs de SPECULOOS), est de taille similaire à la première (environ 40 % plus grande que la Terre) mais a une période orbitale plus longue d'environ 8,5 jours, ce qui la place dans la zone dite "habitable" autour de son étoile.

[SOURCE]

menu