Harry Cohen Tanugi

L'Agence spatiale européenne envisage d'investir massivement dans l'énergie solaire spatiale

Le TWh est une unité d'énergie utilisée pour exprimer la quantité d'énergie produite, d'électricité et de chaleur.

Le développement et le déploiement de ces systèmes coûteraient des centaines de milliards d'euros. Pour permettre la production d'énergie solaire dans l'espace, il faudrait une constellation de dizaines de satellites massifs collectant la lumière du soleil et situés à 36 000 kilomètres de la Terre.

Chacun de ces satellites serait 10 fois plus lourd, voire plus, que la station spatiale internationale (ISS), qui pèse 450 tonnes et dont la construction en orbite terrestre basse a pris plus de dix ans.

Le lancement des composants de ces satellites nécessiterait à terme des centaines, voire des milliers, de lancements de fusées lourdes.

"En utilisant les capacités de levage spatial prévues à court terme, comme le Starship de SpaceX, et les contraintes de lancement actuelles, la mise en orbite d'un satellite prendrait entre 4 et 6 ans", a indiqué Frazer-Nash, l'une des deux sociétés de conseil.

"Fournir le nombre de satellites pour satisfaire la contribution maximale que le SBSP pourrait apporter au mix énergétique en 2050 nécessiterait de multiplier par 200 la capacité actuelle de transport spatial."

L'Agence spatiale européenne envisage d'investir massivement dans l'énergie solaire spatiale.

Screengrab de la proposition de l'ESA.

Les inconvénients

Le chef de Tesla, Elon Musk, est bien connu pour son mépris total pour ce type de technologie.

"C'est la chose la plus stupide qui soit. Si quelqu'un devrait aimer l'énergie solaire spatiale, ce devrait être moi. J'ai une compagnie de fusée et une compagnie solaire," Musk a déclaré il y a plusieurs années.

[SOURCE]

menu