Harry Cohen Tanugi

Le metaverse de Meta est médiocre mais Zuckerberg ne le voit pas

La poussée du metaverse a été une véritable bouffée d'air frais, car de nombreuses autres entreprises, dont de grandes marques de mode et des banques, ont suivi le mouvement et se sont empressées de réserver une place dans le nouveau monde numérique qui s'ouvrait. Les prix des propriétés numériques ont explosé et tout le monde à cette époque voulait faire partie du métavers.

Le propre métavers de Meta

Avant la fin de l'année, Meta avait ouvert son métavers, Horizon Worlds, aux utilisateurs des États-Unis et du Canada et, à la petite exception près que vous aviez besoin des casques de réalité virtuelle (VR) de la société, le monde numérique était gratuit.

Meta a introduit des jeux et des expériences dans ces mondes alors que les gens flottaient dans leurs "avatars" sans jambes. Aujourd'hui, après environ huit mois, la société a lancé le métavers pour les utilisateurs d'Espagne et de France. Pour marquer l'occasion, M. Zuckerberg a partagé un "selfie numérique" de lui-même devant la version du métavers de la tour Eiffel et de la cathédrale Tibidabo de Barcelone.

La différence entre le lancement en décembre de l'année dernière et celui qui s'est achevé récemment semble être uniquement celle des lieux géographiques. Le métavers de Meta semble être au même niveau que l'année dernière, ce qui, pour beaucoup, est aussi fondamental que l'était le jeu en ligne populaire Second Life lors de son lancement il y a près de vingt ans.

[SOURCE]

menu