Harry Cohen Tanugi

Des chercheurs ont mis au point un nouveau robot qui pourrait nous aider à voyager autour des trous noirs.

"Cette recherche est également liée à l'étude du "moteur impossible"", a déclaré Rocklin. "Son créateur prétendait qu'il pouvait avancer sans aucun propulseur. Ce moteur était en effet impossible, mais comme l'espace-temps est très légèrement courbé, un dispositif pourrait effectivement avancer sans aucune force extérieure ni émettre de propulseur - une découverte inédite."

Les chercheurs spéculent que de tels robots pourraient aussi un jour nous aider à voyager... autour des trous noirs en recréant le même environnement que celui dans lequel les objets célestes existent. Ce serait un développement très intéressant !

Les résultats ont été publiées dans le Actes de l'Académie nationale des sciences.

Résumé de l'étude :

La locomotion par changement de forme ou expulsion de gaz est supposée nécessiter une interaction avec l'environnement, en raison de la conservation de la quantité de mouvement. Cependant, comme il a été noté pour la première fois dans [J. Wisdom, Science 299, 1865-1869 (2003)] et plus tard dans [E. Guéron, Sci. Am. 301, 38-45 (2009)] et [J. Avron, O. Kenneth, New J. Phys, 8, 68 (2006)]la non-commutativité des translations permet une translation sans échange de momentum, que ce soit dans un espace-temps incurvé par la gravitation ou sur les surfaces courbes rencontrées par les locomoteurs dans des environnements réels. Pour concrétiser cette idée, qui n'a pas été validée par des expériences pendant près de 20 ans, nous montrons qu'un appareil de robotique de précision composé de moteurs entraînés sur des pistes courbes (et donc confiné à une surface sphérique sans substrat solide) peut s'autopropulser sans échange de momentum avec l'environnement. Il produit des changements de forme comparables aux courbures inverses de l'environnement et génère un mouvement de 10-1 cm par marche. Si ce simple effet géométrique prédomine sur une courte période, les forces dissipatives (frictionnelles) et conservatrices, omniprésentes dans les systèmes réels, finissent par s'y coupler pour générer une dynamique émergente dans laquelle le mouvement de nage produit une force qui est contrebalancée par les forces gravitationnelles résiduelles. De cette façon, le robot peut à la fois nager sans élan et se fixer sur place avec un élan fini qui peut être libéré en cessant le mouvement de nage. Nous pensons que notre travail sera utile dans une grande variété de contextes, tels que la matière active dans un espace courbe et les robots naviguant dans des environnements réels avec des surfaces courbes.

[SOURCE]

menu