Harry Cohen Tanugi

L'éruption des Tonga a envoyé dans l'atmosphère suffisamment d'eau pour remplir 58 000 piscines olympiques.

Cependant, c'est la quantité de vapeur d'eau que l'éruption a envoyée qui a retenu l'attention des scientifiques, car elle peut avoir un impact sur la température de la planète et la réchauffer temporairement. Les scientifiques de la NASA estiment que ce seul événement a fait remonter 10 % de la vapeur d'eau déjà présente dans l'atmosphère.

Comment les scientifiques ont-ils détecté la vapeur d'eau dans l'atmosphère ?

L'instrument MLS (Microwave Limb Sounder) du satellite Aura de la NASA a d'abord détecté les niveaux élevés de vapeur d'eau dans la stratosphère, qui est la couche d'atmosphère située entre 12 et 53 km au-dessus de la surface de la Terre. Le satellite Aura mesure la teneur en vapeur d'eau et en ozone dans cette couche, mais les relevés étaient hors normes après l'éruption des Tonga.

"Nous avons dû inspecter soigneusement toutes les mesures effectuées dans le panache pour nous assurer qu'elles étaient fiables", a déclaré Luis Millán, spécialiste de l'atmosphère au Jet Propulsion Laboratory de la NASA, qui a conçu et construit l'instrument MLS.

Depuis que la NASA a commencé à mesurer les éruptions il y a près de vingt ans, seules deux éruptions, l'une en Alaska en 2008 et l'autre au Chili en 2015, ont réussi à envoyer des quantités significatives d'eau. L'éruption de Tonga a toutefois réduit ces événements majeurs à de simples blips.

Comment une telle quantité d'eau a-t-elle pu atteindre l'atmosphère ? Quel impact aura-t-elle ?

L'explication la plus probable de la quantité d'eau dissipée est l'emplacement de la caldeira du volcan - une dépression en forme de bassin qui se forme généralement après l'éruption du magma ou son évacuation d'une chambre peu profonde sous le volcan, a déclaré la NASA sur son site Web. À environ 150 m, la caldeira était à la bonne profondeur pour injecter de l'eau dans l'atmosphère.

[SOURCE]

menu