Harry Cohen Tanugi

Une percée technique utilisant l'ADN pourrait débloquer la révolution de l'informatique quantique

Les chercheurs ont tenté de réaliser l'idée de Little pour un supraconducteur en modifiant des réseaux de nanotubes de carbone. Le principal obstacle a été de contrôler la réaction chimique le long des nanotubes afin d'assembler le réseau de manière aussi précise que possible. Selon Egelman, leur "travail démontre que la modification ordonnée des nanotubes de carbone peut être réalisée en tirant parti du contrôle de la séquence d'ADN sur l'espacement entre les sites de réaction adjacents."

La recherche biologique appliquée à la physique et à l'ingénierie

Le réseau que les scientifiques ont construit n'a pas encore été testé pour la supraconductivité, mais il offre une preuve de principe, selon les chercheurs. "Alors que la cryo-EM s'est imposée comme la principale technique en biologie pour déterminer les structures atomiques des assemblages de protéines, elle a eu beaucoup moins d'impact jusqu'à présent dans la science des matériaux", décrit Egelman.

"Alors que nous pensons souvent que la biologie utilise des outils et des techniques issus de la physique", ajoute Egelman, "Notre travail montre que les approches développées en biologie peuvent en fait être appliquées à des problèmes de physique et d'ingénierie. C'est ce qui est si passionnant dans la science : ne pas être capable de prédire où nos travaux vont mener."

[SOURCE]

menu